La Commission européenne inflige une amende de 1,49 milliard d’euros à Google

google-adwords.jpg

Google encore dans la tourmente : cette fois-ci, pour pratique illégale dans le domaine de la publicité en ligne. La Commission européenne, après trois ans d'enquête, vient de condamner le géant des GAFAM à une amende de 1,49 milliard d'euros pour abus de position dominante. Il s’agit de la troisième amende en moins de trois ans pour Google. Le cumul pourrait s'élever à plus de 8 milliards d'euros.

“Un comportement qui a perduré pendant plus de dix ans”

Margrethe Vestager, commissaire en charge de la politique de la concurrence, a déclaré :

«Google a consolidé sa position dominante dans le domaine des publicités contextuelles en ligne et s'est prémunie contre la pression concurrentielle en imposant des restrictions contractuelles anticoncurrentielles aux sites web tiers. Ces pratiques sont illégales au regard des règles de l'Union européenne en matière de pratiques anticoncurrentielles. Du fait de ce comportement qui a perduré pendant plus de dix ans, les autres sociétés se sont vu refuser la possibilité d'affronter la concurrence sur la base de leurs mérites et d'innover et les consommateurs ont été privés des avantages de la concurrence.»

Les géants du numérique dans le viseur de l’Europe

Le communiqué de presse de la Commission européenne en date du 20 mars rappelle les précédentes amendes infligées à Google. À savoir : une amende de 2,42 milliards d'euros, en juin 2017, au motif “qu'elle a abusé de sa position dominante sur le marché des moteurs de recherche en conférant un avantage illégal à son propre service de comparaison des prix”. Et en juillet 2018, une amende de 4,34 milliards d'euros au motif “qu’elle a mis en œuvre des pratiques illégales concernant les appareils mobiles Android afin de renforcer la position dominante du moteur de recherche de Google”.

Dans son rapport annuel publié le 5 février, Alphabet – la société mère de Google – citait la protection des données comme un risque financier. Une chose est sûre : les entreprises du numérique sont plus que jamais dans le viseur de l’Union européenne…

(Source : Commission européenne)