Huawei poursuit en justice Washington en réponse à son bannissement

Photo d'archives ©REUTERS/Tim ChongThomson

Photo d'archives ©REUTERS/Tim ChongThomson

Nouvel épisode dans la guerre qui oppose Washington et le géant chinois des télécoms : ce jeudi 7 mars, Huawei a déclaré avoir porté plainte à Plano (Texas) contre le gouvernement américain pour avoir interdit à ses administrations d’acheter les produits Huawei soupçonnés d’alimenter les services secrets chinois.

Huawei espère démontrer que l’interdiction de ses produits est illégale

Après avoir largement communiquer sur le sujet, Huawei passe aux choses sérieuses en attaquant le fondement de l’article de loi sur lequel repose son bannissement. Cet article, issu du National Defense Authorization Act (NDAA) passé l’année dernière par le gouvernement Trump, cible directement l’équipementier chinois en le mettant sur une “liste noire” au titre de la sécurité nationale.

« Le Congrès américain ne nous a jamais présenté les preuves sur lesquelles s’appuie la restriction de la vente des produits de Huawei. Huawei n’a pas d’autre choix que de contester cette loi auprès de la cour après avoir tout essayé pour dissiper les inquiétudes des législateurs américains », a expliqué Guo Ping l’un des présidents tournants de l’entreprise lors d’une conférence de presse.

Le gouvernement américain ne s’est d’ailleurs pas contenté d’interdire Huawei sur son sol, il met également en garde depuis des mois les pays européens sur le sujet. On imagine sans mal les conséquences financières d’une telle mise au ban, particulièrement à l’aube du développement mondial de la 5G.

En France : une proposition de loi pour renforcer les contrôles sur les télécoms

En France, la mise en garde n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Fin janvier, le gouvernement déposait un amendement au projet de loi Pacte pour étendre les contrôles sur les équipements télécoms, quel que soit le fournisseur, évitant ainsi de viser directement Huawei. Tandis que l’opérateur Orange annonçait ne plus vouloir faire appel à Huawei pour la construction de son futur réseau 5G.

Source : Huawei, communiqué de presse 7/03/2019.