Une faille de sécurité accélère la clôture de Google+

Depuis le 2 avril, Google + n’existe plus. Une fin annoncée par Google à la suite de la découverte d’une faille de sécurité.

Depuis le 2 avril, la version “grand public” de Google+ n’est plus. La raison : une nouvelle faille de sécurité sur les interfaces entre les profils et les applications, qui permettait aux développeurs d’accéder à des informations indiquées comme privées par l’utilisateur. Initialement prévue pour cet été, la clôture du réseau social de Google a donc été brutalement accélérée.

Une communication transparente sur les risques de sécurité

Si la sécurité, comme indiqué par Google en octobre dernier dans un communiqué, est la première cause de la retraite anticipée de Google+, ce n’est pas la seule raison évoquée. Google mentionne également le taux d’engagement très faible des utilisateurs “grand public” qui ne dépassait pas les cinq secondes par visite.

Après sept ans de tentatives de développement, Google reconnait ainsi son échec et clôture une plateforme, initialement conçue pour concurrencer Facebook et Twitter, mais dont les risques pour la sécurité des données personnelles étaient intrinsèquement liées à la structure même du réseau social.

Google ne souhaitait plus investir dans l’amélioration de Google+

Si Google a pesé le pour et le contre d’un investissement pour corriger l’architecture de Google+, le fait d’être plus que jamais dans le collimateur des régulateurs a très certainement accéléré la décision.

Récemment, la société-mère de Google, Alphabet, citait la protection des données comme un risque financier dans son rapport annuel… Pour Google+, le risque n’en valait pas la chandelle !

(Source : Google)