Publicité en ligne : Google partage-t-elle secrètement les données des internautes ?

google-doubleclick.jpg

La société Google est actuellement visée par de nombreuses enquêtes concernant son traitement des données personnelles de ses utilisateurs.

Dans une nouvelle affaire, l’équipe derrière le navigateur open source Brave déclare avoir réuni des preuves transmises à l’autorité de contrôle irlandaise afin de confirmer que Google a contourné les droits de ses utilisateurs concernant leurs données personnelles. Ces accusations sont détaillées dans un billet de blog.

Plus de 8 millions de sites web concernés par l’affaire

Google est-elle réellement à l’origine d’une vaste violation du RGPD par l’entremise de sa marketplace d’enchères publicitaires ?

La firme de Mountain View indique qu’elle empêche ses annonceurs de se livrer à une utilisation illicite des données personnelles des utilisateurs, mais les preuves avancées indiquent semble-t-il le contraire, en démontrant que les annonceurs auraient accès aux données personnelles (parfois sensibles) via un système de pages cachées permettant de partager les identifiants de profil d'une personne lors du chargement d'une page web.

Un partage secret et illégal de données personnelles aux annonceurs ?

Cette violation supposée permettrait donc aux annonceurs de mieux cibler leurs publicités et d’influer sur les choix et comportement des internautes. Le tout sans aucun consentement ni aucune information.

Si cette atteinte aux droits des personnes concernées devait se confirmer, la sanction encourue par Google pourrait à nouveau être d’envergure et atteindre 4 % du chiffre d'affaires mondial de l'entreprise, soit une sanction potentielle de plus de 5 milliards de dollars.

Cette nouvelle affaire s’insère dans un contexte de crise où Google a déjà fait l’objet d’une lourde sanction et peine à retrouver la confiance de ses utilisateurs.

Une affaire à suivre de près, donc.

(Source : Brave)